Sépulture N012 dans Marche ancien cimetière - Chaussée de l'Ourthe





Type(s) de sépulture
Autre type ?
Matériaux
Autre matériaux ?
Aspect visuel Défaut d'entretien
Aspect légal
Symbole
Sépulture Intérêt Historique Locale Artistique|Social
Architectural
Fonction sociale Conseiller honoraire la Cour de Cassation.
Aucune inscription sociale Non défini
Inhumation avant 1945 ? Non
Combattant 14-18 Non
Combattant 40-45 Non

Epitaphe

1) Famille Bonjean.
2) Remacle BONJEAN conseiller honoraire à la cour de cassation commandeur de l'ordre de Léopold décoré de la croix civique de 1ere classe , époux de Henriette DOUTREPONT né à Marche le 28 février 1807 décédé le 20 7 bre 1887.
3) Margueritte DRAILY veuve de Remacle BONJEAN (Père) décédée à Marche le 3 avril 1863 âgée de 76 ans.
4) Henriette DOUTREPONT veuve de Remacle Bonjean décédée à Marche le 3 avril 1895 âgée de 85 ans.

Concession cédée à perpétuité à Monsieur Remacle Bonjean, conseiller à la cour de Cassation, domicilié à Bruxelles, agissant et acceptant par Monsieur Charles Bouvrie, son gendre, architecte provincial, domicilié à Marche , à ce présent et qui se porte fort pour ledit Monsieur Bonjean. La première portion le long du chemin latéral de droite, de la contenance de vingt centiares reprise sous le numéro 12 du plan du cimetière (enregistré à Marche le vingt-neuf octobre 1867), est vendue au prix de deux cent cinquante francs (cent mille francs l'hectare au profit de la commune, plus une somme de cinquante francs à titre de donation aux pauvres pour le bureau de bienfaisance).
Acte passé à Marche en l'hôtel de ville, le trois avril 1870 devant Maître Emmanuel Jadot, notaire à la résidence de Marche, en présence de Messieurs Alphonse Adam, cultivateur, Jean Baptiste Omer Lefort, Employé des accises, tous deux demeurant à Marche, témoins appelés, lesquels ont signés avec Messieurs Dupont Bourgmestre, Guerrier échevin, valentin receveur communal, Boset receveur du bureau de bienfaisance.
Approuvé par le Conseil communal en séance, à Marche, le 1er mai 1870.
Approuvé par la Députation du Conseil provincial à Arlon, le 27 mai 1870 à la condition que les donations à faire par les familles Bonjean et Bourguignon seront élevées à cent francs chacune.
Source: Archives de l'Etat à Arlon - Actes notariaux concessions cimetière Saint Roch

Ce monument en pierre est un exemple de l’architecture funéraire néoclassique. On y retrouve un sarcophage sur socle sommé d’un fronton triangulaire. Des éléments liés au métier du défunt (la toge judiciaire, la toque) couronnent le monument. On peut observer les quatre pattes de lion, timidement inscrits aux quatre pieds du sarcophage et les feuilles de laurier dans le fronton.

Magistrat fortuné, devenu procureur du Roi au tribunal de Marche (1832 à 1843), conseiller à la Cour d’Appel de Liège, puis conseiller à la Cour de cassation (1867 à sa mise à la retraite en 1882) acheta le domaine du Plantis dans lequel, il fit construire, vers 1850, un château.
Il provient d’une très vieille famille établie depuis le XVIIe siècle en Moselle. Son ancêtre Jean-Henri Bonjean vécut à Marche où il décéda le 9 août 1767.
En 1908, le Baron Carlos van der Straeten Waillet fit l’acquisition du domaine. La ville de Marche le rachète en 1977 et décide d’y installer l’Hôtel de Ville.

Source: Francis ROUFOSSE, Il était une fois MARCHE-EN-FAMENNE, de 1701 à 1900, t.2, Musée de la Famenne, p.143.


Liste des défunts reposant dans cette sépulture :

Nom Né le Décédé le
Bonjean Remacle Joseph 21/02/1807 20/09/1887
Doutrepont Anne Marie Henriette vers 1810 03/04/1895
Draily Margueritte 15/12/1787 03/04/1863

Ajouter un commentaire

Si vous pensez pouvoir nous aider à compléter la fiche, n'hésitez pas à remplir le formulaire ci dessous