Sépulture ML 0317 dans Marloie cimetière




Tombeau imposant en pierre de par sa dimension et sa hauteur.
Gravier au sol.

Seron Jules epoux de Defawe Esther et leur fille Madeleine
Seron Madeleine epouse Thonet Joseph, inhume a Marche

Madeleine Seron né le 31 août 1912 à Waha-Marche, décédé le 20 mars 1945 à Amstetten en Autriche

Madeleine était mère de deux petits enfants (6 et 4 ans), mais elle n'avait pas hésité à risquer sa vie pour défendre sa patrie et combattre les nazis.

En juillet 1943, elle rejoint le Groupe G comme agent de liaison et de presse. Comme ce groupe s'est spécialisé dans le sabotage, Madeleine a mis la maison de sa famille à disposition pour stocker des munitions, de la dynamite, des détonateurs, des armes, ainsi que de la nourriture etc. pour l'approvisionnement des résistants.
Du 6 septembre 1943 au 24 janvier 1944, la maison a servi d'abri aux réfugiés et aux saboteurs après avoir accompli leurs missions respectives.
Les réunions secrètes du Groupe G, du MNB et de l'armée secrète du sous-secteur de Bastogne ont également eu lieu ici.
Le 21 décembre 1943, un avion anglais est abattu près de Melreux; le pilote s'est caché dans cette maison pendant trois jours et trois nuits avant d'être confié à un réseau de trafiquants pour le retour chez lui.
Les nombreux raids de la Gestapo dans la résidence familiale étant déraisonnables pour les enfants, Madeleine décide de se cacher sous un pseudonyme à Namur. Pendant les deux mois à Namur, ses enfants n'ont eu qu'une seule occasion de la voir et l'ont à peine reconnue car elle portait une perruque et des lunettes. Malgré son déguisement, elle est arrêtée le 25 mars 1944, après avoir été dénoncée par d'autres résistants, et détenue à la prison de Namur.

Lors de l'interrogatoire, les femmes arrêtées sont restées fidèles aux instructions du groupe G: tenez au moins deux jours afin de couvrir toutes les traces de ce groupe.
Pendant ce temps, la maison de la famille à Marloie est presque entièrement pillée par les policiers militaires de Marche: il ne reste qu'un lit, trois chaises et une table.
Le 12 août 1944, Madeleine est transférée à la prison Saint-Gilles de Bruxelles où elle est restée jusqu'au 19 août 1944.
Puis commença la longue et pénible déportation vers le camp de concentration de Gommern (Allemagne). Le 28 décembre 1944, elle a été envoyée dans un camp de concentration pour femmes avec ses compagnons de destin.
Ravensbrück, où elle resta jusqu'en février 1945.
Le 2 mars 1945, après un terrible voyage de plusieurs jours, elle et d'autres prisonniers politiques atteignent le camp de concentration de Mauthausen (Autriche).
Lorsque Madeleine et d'autres femmes ont été utilisées pour nettoyer les voies ferrées après un raid de bombardement allié sur Amstetten à environ 45 km du camp, un autre bombardement a eu lieu le 20 mars 1945.
De nombreux prisonniers ont été tués ou blessés. Les SS les ont immédiatement ramenés au camp de concentration de Mauthausen, et les femmes blessées ont été brûlées vives dans le crématorium.
Madeleine a été enterrée et n'a été retrouvée que plus tard. Elle a été très gravement blessée, mais a été soignée par des médecins de la Croix-Rouge autrichienne, mais elle a succombé à ses blessures à l'hôpital d'Amstetten.
Avec d'autres victimes de l'attentat, elle a été enterrée dans une fosse commune du cimetière de la ville.
Telle était la vie courte et tragique de Madeleine, qui, comme beaucoup d'autres, avait risqué sa vie pour la patrie et était devenue victime de la folie meurtrière des nazis - elle a dû endurer beaucoup de souffrances et de grandes privations avant de mourir loin de ses proches. .
Elle est décédée à l'âge de 32 ans. Comme Madeleine, de nombreux résistants s'étaient sacrifiés pour que nous puissions mener une vie libre.

Source: Emile THONET et son épouse, AMICALE NATIONALE DES PRISONNIERS POLITIQUES ET AYANTS DROIT DU CAMP DE CONCENTRATION DE MAUTHAUSEN (Association nationale des prisonniers politiques et des proches des victimes du camp de concentration de Mauthausen) - Belgique


Type(s) de sépulture
Autre type ?
Matériaux Petit-granit (Pierre bleu)
Autre matériaux ?
Aspect visuel Toujours utilisé
Aspect légal
Sépulture Intérêt Historique Locale
Architectural Deveux et Collin; Chanxhe
Fonction sociale
Aucune inscription sociale
Inhumation avant 1945 ? Non
Combattant 14-18 Non
Combattant 40-45 Non

Symbole

Croix en porcelaine sur le sol.
Plaques mémorielles avec photo au sol.

Epitaphe

Famille / Seron-Defawe / C. A. P.

Liste des défunts reposant dans cette sépulture


Nom Né le Décédé le
Defawe Esther Marie Joseph 20/09/1884
Seron Madeleine 31/08/1912 20/03/1945
Seron Jules Henri Joseph 07/06/1884

Ajouter un commentaire

Si vous pensez pouvoir nous aider à compléter la fiche, n'hésitez pas à remplir le formulaire ci dessous